• La famille s'agrandit!

    Je sens déjà monter en toi une pointe d'émotion et de bonheur partagé " mais elle n'est plus toute jeune pour un 3ème!" Non, je t'arrête tout de suite, tu t'emballes.

    Il est déjà fait, il est roux et se prénomme Ernest-le-chat. Oui, en entier.  David n'arrête pas de me dire que je compense alors autant forcer le trait. D'ailleurs, s'il y en a bien un que ça arrange d'avoir un chat plutôt qu'un troisième, c'est lui!

    Je suis sûre que tu te demandes comment on en est arrivé là, moi qui déteste les bêtes à poils - enfin, ça dépend de quelles bêtes on parle, ah ah ah! (Roooo ma Belle mère me lit!)

    Et bien c'est simple, notre petite Rosalie rêvait d'avoir un chat ou un chien ou un lapin, une boule de poils à caresser. Après des semaines de bavardages (des années avec nous), d'indécisions avec ses copines "maîtresses de chats"- oui, c'est comme ça qu'elles disent ou "Mamans de chats" mais là, je tique un peu- Rosalie a tranché: c'est sur la gestion des cacas que le choix de l'animal s'est porté, c'est dire! Ensuite, Rosalie a négocié avec notre Maid le prêt d'un chaton "just for the WE". Tuàn Anh n'ayant pas appris à dire non, lui a trouvé la bête (si j'avais su on aurait au moins choisi la couleur!). Ma tête, devant le fait accompli! Et le reste, crise d'urticaire lié au stress de la présence de cet animal qui me dégoûtait, ma maniaquerie soudaine exprimée par un besoin de passer à la Javel les sols, son confinement dans la buanderie, crois moi, je n'imaginais pas un instant qu'il passerait plus de 2 jours...et ça fait 3 semaines! "T'étais cuite le jour où tu as laissé entrer ce chat" m'ont soutenu mes copines, pas faux. Donc, voilà, Ernest-le-chat doit son salut à sa docilité et le respect des règles intérieures: bains, parfum (les échantillons y passent et il ne dit rien! Miss Dior pour un mâle... Tu crois que je vais devoir gérer un problème d'identité voire même de genre?)  il boit même l'eau de son bain! Manipulations dans tous les sens sans miauler - David s'est un peu fâcher sur nous, c'est lui "l'expert" il a déjà eu des chats alors on l'écoute (oui parce que chez moi, les chats se faisaient bouffer par le chien), ongles coupés et sorties extérieures interdites. Ce chat ne pouvant pas compter sur sa beauté, il compense et accepte, je crois qu'il a compris qu'entre la rue ou quelques compromis, il avait tout à gagner! Finalement, il est plutôt cool, dort 22h par jour n'importe comment mais avec un Doudou et il m'attrape les lézards! Pourvu qu'il ne me les ramène pas! Et les vacances? Ben c'est Rosalie qui gère, c'est son chat, moi j'ai déjà assez...

    La famille s'agrandit!

    Panier de doudous à lessiver... chercher l'intrus

    La famille s'agrandit!

    Et mis à part Ernest-le-chat, comment vont les autres?

    Alors Rosalie a eu 8 ans, ma petite chérie était super fière, un gâteau des bougies c'est déjà une super fête et je suis "sa supeeeer maman, la plus belle etc... si si je profite! et alors aujourd'hui, j'étais hilare "t'es super cool, tu imagines que les mamans de mes copines, elles les obligent à manger des légumes!!!" - ah...je pensais que moi aussi? Le pire c'est qu'à force de ruser, Rosalie ne reconnait plus les légumes.

    La famille s'agrandit!

    Gaspard doit bientôt muer... 9 ans c'est un peu tôt mais tous les autres symptômes sont bien présents. Les filles c'est quand même cool, le gel dans les cheveux, le parfum de papa, une lassitude continuelle, musique à fond dans sa chambre, "laisse-moi vivre ma vie", ce matin devant le miroir "maman regarde j'ai de la moustache!" - Fausse joie mon Loulou (ouf!), dis tu dois m'acheter du déo! Ah? déjà? L'autre jour il était allongé de tout son long sur le sol de la cuisine, en l'enjambant je lui demande ce qu'il fiche par terre. Réponse, je réfléchis. Ah? Je me demande si le cerveau est bien irrigué quand on vit par terre? La chose ne s'arrange pas depuis qu'on a ce chat, mais qui imite l'autre?

    Récemment l'école a abordé le sujet de la puberté, et voilà on tardait, on tardait les imaginant encore petits, on s'est fait doubler, elle s'en est chargée, sans filet et tout y est passé, certes, ils nous avaient prévenus. Gaspard est maintenant incollable et j'ai beaucoup ri: "comment ça tu savais déjà pour les filles?" "Ben, dans la Famille Bélier elle a ses "period, c'est comment en français?". Maintenant, il observe et commente: "Dis Maman, Papa a un bouton, c'est la puberté?" Je me sens Cougar tout d'un coup! Je crois qu'on a pas fini de rire... 

    Gaspard a aussi participé au film promotionnel de l'école, bon juste après avoir joué au foot, il fait chaud chaud chaud! 

    Cours de cuisine de Rosalie: il est vraiment temps qu'elle arrête, on n'a jamais réussi à manger ce qu'elle avait appris, trop gras, trop sucré, trop crémeux, trop de fromage, le prof est américain, ceci explique cela! Mais quelle idée d'apprendre à cuisiner avec un ricain! J'ai pourtant essayé de lui expliquer certaines bases de la cuisine crétoise, la semaine suivant il a réussi à mettre du sucre dans la ratatouille... Zen, soyons zen.

    Remarque, je suis allée rechercher les enfants chez leurs copains américains, leur maman est infirmière à l'école et je ris!!! Elle a placardé des affiches sur la Nursery comment "être en bonne santé" "le manger sainement"... tout est parfait! Elle m'invite à rentrer chez elle, il est 17h30 et je retrouve les enfants affalés dans un canapé devant un écran de télé énorme et une méga pizza, des paquets de pop-corns salés, du Coca, du Fanta... Ils étaient en train de goûter... Au secours!

    Avec Tuàn Anh, Rosalie fait des Nems, là on en profite!

    La famille s'agrandit!

    La famille s'agrandit!

    Gaspard attrape des lézards...

    La famille s'agrandit!

    Rares moments de tendresse!

    La famille s'agrandit!

    Quant à moi, l'écriture pour le magazine me plait vraiment, j'ai trouvé un moyen de m'épanouir, d'apprendre et faut-il le dire, une certaine forme de reconnaissance sociale. Les rencontres sont toujours aussi intéressantes voire même émouvantes. Nous essayons à chaque numéro d'avoir une ou une double page "solidarité", mettant en lumière le travail de bénévoles, d'ONG ou d'associations. J'ai récemment eu l'occasion de rencontrer la responsable d'une ONG œuvrant pour la scolarisation des enfants issus des ethnies montagnardes - parmi les plus pauvres du Vietnam. C'est étonnant comme la naissance de beaucoup d'ONG françaises, au Vietnam en tout cas, a souvent comme point de départ l'adoption d'un enfant. Une fois rentré dans sa nouvelle famille, certaines se sentent redevables, d'autres se disent "et si cet enfant qui est le mien aujourd'hui, n'avait pas été choisi, que serait-il devenu?". Je crois qu'on ne peut pas tourner le dos à ceux qui restent...

    Donc, l'Etat construit des écoles mais pas dans tous les villages et malheureusement à part 4 murs, des tables, des chaises et un professeur, il se décharge du reste. Il n'y a pas de transport scolaire, pas de sanitaires, pas de cahier... un luxe de pays riche. Dès lors certains enfants font des dizaines de kilomètres dans la montagne, transportent leur eau pour la semaine, pour boire et cuire le riz. Il va de soi qu'à la fin de la semaine, c'est l'eau des rivières qui est utilisée, quand il y en a... L'association cherche des fonds pour creuser un puits dans 2 écoles et installer des sanitaires. Elle cherche aussi des parrains pour des enfants qui n'ont aucune chance d'apprendre sans une aide extérieure, parfois orphelins, pour d'autres il arrive que la famille soit si pauvre qu'elle dépose l'enfant dans des structures gérées par l'ONG, juste pour qu'il soit nourrit. Le parrainage nous tente, il nous semble que ce serait un partage familial très fort, nous pourrions rencontrer notre filleul(e) nous investir et ouvrir les yeux et le cœur de nos enfants, c'est un engagement qui mérite d'être mûri.

    A une dernière soirée où était présent le Consul de France, nous avons été félicités et remerciés pour notre travail, notre engagement pour la communauté française. Le magazine est apprécié. J'ai conscience de recevoir des compliments peu mérités ne faisant partie de l'équipe de rédaction que depuis janvier mais je suis fière d'en être et de participer à cette aventure. Le prochain numéro a été entièrement repensé, nouvelle équipe, nouvelles idées, il est sous presse, on a hâte de l'avoir entre les mains et de le mettre dans les valises! Car oui! la fin de l'année pointe son nez, les enfants terminent l'école le 15 juin... On sera là le 19 juin, enfin, s'il n'y a pas d'attentat, si Air France ne fait pas grève, si les stations service sont alimentées, si les taxis - qui pourront enfin rouler - ne font pas grève... bref, il faut vraiment vouloir venir en France! Vue de l'extérieur c'est affligeant, c'est grave et honteux. Que les syndicalistes voyagent un peu et observent comment ceux qui ne sont pas assistés se sortent les doigts du c...  pour manger chaque jour. Je ne sais pas ce qu'on peut encore espérer en France, aller le meilleur moyen de rebondir c'est de toucher le fond, alors encore un peu d'effort les gars, on y est presque!

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :